Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 20:25

Collectif des Vétérinaires pour l’Abolition de la Corrida

http://www.veterinaires-anticorrida.fr/

covac521@gmail.com

 

 

Le 24 mai 2015,

 

 

Monsieur le Président du Conseil supérieur de l’Ordre des vétérinaires,

 

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil supérieur de l’Ordre des vétérinaires,

 

 

Le COVAC (Collectif des Vétérinaires pour l’Abolition de la Corrida) a été créé en 2010 pour faire abolir la corrida en France, pratique cruelle envers les animaux puisqu’elle consiste à supplicier des bovins en public avec des souffrances injustifiables aujourd’hui.

 

Le COVAC est soutenu à ce jour par plus de 1800 vétérinaires. La liste des vétérinaires est consultable par ordre alphabétique sur : http://www.veterinaires-anticorrida.fr/

 

Le COVAC tient aujourd’hui à informer le Conseil supérieur de l’Ordre que certains confrères et consoeurs défendent la corrida, notamment à travers l’AFVT (Association Française des Vétérinaires Taurins), créée en 1991 et qui a pour seul objet la promotion de la corrida.

 

Le COVAC s’interroge en effet sur la question du respect du code de déontologie par ces vétérinaires de l’AFVT ainsi que sur l’image de la profession qu’ils véhiculent en cautionnant ce spectacle.

 

1- L’AFVT soutient un spectacle pourtant catégorisé comme acte de cruauté envers les animaux par la loi française

Aujourd’hui, l’AFVT regroupe environ 70 vétérinaires, avec comme activités l’étude des cornes, les suivis sanitaires des bovins et chevaux, les soins aux chevaux blessés, et les soins aux taureaux graciés, ou encore des missions plus précises comme par exemple des études sur la pique et son utilisation.

La corrida est un spectacle qui se pratique uniquement dans 11 départements français, puisqu’elle est mentionnée par le code pénal dans le chapitre « sévices graves (…) ou acte de cruauté envers un animal ». Elle y fait l’objet d’une dérogation pénale (alinéa 7 de l’article 521-1) qui l’autorise dans certaines zones françaises, avec comme seul argument celui de la tradition.

L’article 521-1 du code pénal énonce en effet que :

« Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. »

Mais il précise que :

« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. »

 

 

2- L’histoire de la corrida en France est récente et son implantation a toujours été combattue par une large majorité, totalement opposée à la cruauté gratuite envers les animaux

Il faut rappeler que la corrida, spectacle d’origine espagnole, ne s’est implantée en France qu’à partir du milieu du XIXème siècle, et en fait plus précisément au cours des années 1880-1890 à la faveur du regain du régionalisme, soit récemment contrairement à ce qu’il est commun d’entendre. Et il faut rappeler également qu'elle s'est implantée, durant cette période, au mépris de plusieurs circulaires ministérielles l'interdisant, et au mépris de plusieurs arrêts de la Cour de cassation confirmant cette interdiction. Ainsi pendant près d’un siècle, les corridas furent organisées illégalement en France et la tolérance dont elles font l’objet aujourd’hui n’a été légalisée que le 24 avril 1951.

 

3- La corrida : une agonie de vingt minutes par lésions graves et multiples à l’arme blanche.

Pour chaque bovin mis à mort, le spectacle de la corrida se divise en trois parties (tercios), la première partie correspond à l’utilisation des piques, la seconde à la pose des banderilles, pour se terminer par une mise à mort à l’aide d’une épée puis en règle d’un poignard (puntilla).

Les lésions causées par ces armes blanches ont été très étudiées dans la mesure où le défi principal est d’affaiblir suffisamment le bovin afin qu’il soit moins dangereux pour le torero, mais sans le tuer. En effet, l’animal doit survivre pendant vingt minutes, durée idéale d’un spectacle.

La thèse pour le doctorat vétérinaire de Marie-Laurence Ferret publiée en 2005 « Bases anatomiques et physiologiques de la sélection et du comportement du taureau de combat » reprend les objectifs de l’utilisation de ces armes, ainsi que les lésions qu’elles provoquent.

« C’est au cours du tercio de pique que l’on observe les lésions musculaires les plus importantes, Elle permet (…) d’abaisser l’encolure de l’animal et de régler son port de tête. (…) La pique, en blessant les muscles du cou et le ligament nuchal va diminuer le port de tête et ses mouvements latéraux et verticaux. »

« La pique doit normalement porter sur le morillo. ».

Le morillo est la zone située entre la quatrième et la sixième vertèbre cérébrale. La pique n’atteint à cet endroit que des muscles et le ligament nuchal.

En dehors de cette zone très limitée, la pique peut provoquer des fractures des processus épineux voire des corps vertébraux, des fractures de la scapula, des lésions de la moelle épinière.

Concernant ce point, Marie-Laurence Ferret précise de façon édifiante :

« Cependant, aujourd’hui, en France aussi bien qu’en Espagne, quasiment aucune, pour ne peut dire aucune, pique n’est dans le morillo. Ainsi, d’après M. DAURE (19),lors de la féria de Béziers d’août 1999, une seule pique se trouvait dans le morillo, 9.71% se situaient dans sa région postérieure et 72% dans la zone comprise sur et entre les épaules. Le restant des piques se situait, soit en arrière de la zone des épaules, soit très en arrière dans le dos du taureau. Ces piques mal placées peuvent avoir de graves conséquences sur l’animal et entraîner boiteries, chutes ou diminution de la capacité respiratoire. »

« Pour ce qui est de la profondeur des blessures à San Isidro, les blessures atteignent plus de 30 cm et la profondeur moyenne de chaque pique est de 21.6 cm. A Béziers la pique la plus profonde est de 28 cm et la moyenne des profondeurs est de 15.21 cm. »

Le tercio de pique consiste donc à affaiblir un bovin à l’aide d’une pointe métallique qui provoque des plaies d’une profondeur allant jusqu’à 30 centimètres et assez fréquemment des fractures.

Durant le deuxième tercio, 6 banderilles sont plantées dans la région dorsale du taureau. Ces harpons mesurent entre 4 et 6 centimètres et continuent à lacérer les muscles.

L’estocade donnée à l’aide d’une épée recourbée de 80 cm a pour objectif d’atteindre la veine cave caudale et l’aorte postérieure, ce qui se produit en réalité rarement. L’animal est en règle achevé à l’aide d’un couteau qui, introduit dans l’espace occipital, sectionne le bulbe rachidien. Cette pratique est interdite dans les abattoirs européens, à la fois pour des raisons éthiques et sanitaires.

 

 

4- La corrida, une pratique antagoniste à l’éthique de la profession

Assister à une corrida en tant que vétérinaire suppose donc d’accepter de cautionner des sévices graves infligés gratuitement à un animal avec la connaissance que ces sévices provoquent des souffrances très importantes. Si, en effet, le monde de la tauromachie peut se prétendre scientifiquement inculte sur les mécanismes de douleurs, aucun vétérinaire ne peut aujourd’hui faire l’impasse sur la souffrance animale. Le développement récent et de plus en plus vaste de la pharmacopée vétérinaire concernant l’anesthésie et l’analgésie en est la preuve.

L’AFVT se dit être responsable des soins promulgués aux taureaux graciés. Ce chiffre est dérisoire (ainsi, en 2014, un seul bovin sur 700 a été gracié), et pour la grande majorité, les animaux ne survivent pas à leurs blessures et agonisent en quelques jours ou semaines.

Dans le code de déontologie vétérinaire à l’article R242-33 (Décret n°2003-967 du 9 octobre 2003), les deux dispositions suivantes doivent être appliquées à tous les vétérinaires,

 

VII. - Le vétérinaire prend en compte les conséquences de son activité professionnelle sur la santé publique et sur l'environnement et respecte les animaux.

 

VIII. - Le vétérinaire s'abstient, même en dehors de l'exercice de la profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci.

 

Aussi, le COVAC considère que l’AVFT discrédite totalement la profession en soutenant un spectacle qui ne respecte pas les animaux pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, mais aussi véhicule des idées scientifiques fausses et obsolètes concernant les souffrances infligées aujourd’hui éthiquement inacceptables.

 

Par conséquent, le COVAC demande à l’Ordre des Vétérinaires de se prononcer de façon défavorable sur l’engagement de confrères dans la promotion de la corrida notamment à travers l’existence d’une association comme l’AVFT.

 

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, l'expression de notre considération respectueuse.

 

_____________________________________________________________

Pr Jean-François COURREAU, Professeur à l’ENVA, responsable du CEDAF (Centre d'Accueil de la Faune Sauvage de l'ENVA), membre fondateur du COVAC.

Dr Fanny CASALI, vétérinaire, secrétaire du COVAC.

Dr Jean-Paul RICHIER, psychiatre, praticien hospitalier, coordinateur des collectifs PROTEC (http://www.collectif-protec.fr) et COVAC.

Dr Nathalie MILHAS, vétérinaire, praticienne libérale à Fenouillet (31150), présidente de la FAC (association Fenouillet anticorrida).

Dr Dorothée AILLERIE, vétérinaire, praticienne libérale à Perrigny (89000).

Partager cet article

Published by Vétérinaires Anti Corrida
commenter cet article

commentaires

A suivre 12/08/2015 14:15

Manuel Valls fait l'éloge de la tradition taurine
Par lefigaro.fr Mis à jour le 12/08/2015 à 08:26

Publié le 12/08/2015 à 08:09 Alors que le premier ministre multiplie les déplacements estivaux, Manuel Valls était à Vauvert (Gard) hier. Il a affirmé son attachement à la tradition taurine, célébrant particulièrement la course camarguaise, selon le quotidien Midi Libre. "C'est une belle habitude et c'est une belle tradition" a déclaré le Premier ministre.

Interrogé sur sa préférence entre la corrida espagnole et la course camarguaise, Manuel Valls, né en 1962 à Barcelone répond : "Moi je suis français, il y a les traditions catalanes et il y a les traditions camarguaises, il faut les respecter, elles vivent ensemble. C'est ça la France, être capable de faire vivre toutes ses traditions, et j'aime beaucoup la Camargue parce que c'est ce mélange". Et de déclarer à nouveau son attachement à la tradition taurine : "Il faut la garder parce que c'est un équilibre, pour la nature, pour le territoire, pour l'économie et pour l'homme".

JMP 04/08/2015 01:47

Oui très bon courrier.
Encore un prospectus entier livré avec l'Indépendant du Midi pour la Féria de Béziers, qui mêle comme toujours faire la fête (ce qui motive la majorité des personnes qui vont aux féria du midi) et assister à une corrida (ce que très peu font). Et si on regardait les subventions publiques pour ce genre de manifestation ?? Oui une vrai information sur les corridas et la torture animale est nécessaire. Un slogan ? On peu faire la fête sans torturer des "toros". Gardons les féria, arrêtons les corrida.

Arnaud 03/08/2015 08:19

Tres bon courrier .
En espérant qu'il sera pris en considération par nos instances dirigeantes...et suivi d'une prise de position avis favorable de soutien à notre action...

sdn 09/07/2015 20:30

Aucun mauvais prétexte ( illustration avec Poudevigne) ne peut justifier l' injustifiable !
Des pratiques barbares ont existé puis été supprimées tout au long des siècles; il est grand temps, au XXIème Siècle et en France, que ce soit le tour des corridas de muerte .
Je constate en outre que beaucoup de mes concitoyens du sud répètent, sans vraiment savoir ni réfléchir, les prétextes des aficionados( notre culture, nos traditions ancestrales, la vie idyllique du taureau, etc...)
Ce qui prouve qu' une vraie information sur ce que sont réellement les corridas est nécessaire; le COVAC y participe avec sérieux et gageons que le CSOV suivra cette démarche vers plus de vérité, avec les données techniques et éthiques à l' appui.

laurent 18/06/2015 09:41

oui,Poudevigne,non à la pensée unique,arrêtons ce terrorisme intellectuel: je dis oui à la pédophilie si certains aiment ça,oui au fait de battre son enfant à mort si certains aiment ça,moi par exemple je bats tous les soirs ma femme pour me défouler,chacun faît ce qui lui plaît,vous avez raison: non à la pensée unique

Présentation

  • : Le site des vétérinaires opposés à la corrida
  • : Ce site est dédié à la présentation d'un collectif français de vétérinaires opposés à la corrida, et au recueil de nouvelles adhésions.
  • Contact

COMMENT NOUS REJOINDRE ?

Bien entendu, l'adhésion est totalement gratuite. Nous vous accuserons réception et nous vous inclurons le plus vite possible dans la liste. Merci de vérifier dans les listes ci-dessous que vous n'êtes pas déjà inscrits!
 
*****************
COMMENT DEMANDER À VOTRE VÉTÉRINAIRE DE NOUS REJOINDRE ?
Présentez lui CE DOCUMENT à signer.
 
****************
 
 
 
 
 

Recherche

LISTES DES SIGNATAIRES

Le  15 septembre   2017,
nous sommes 2396 signataires.
 
La consultation des listes se fait en cliquant sur les liens ci-dessous :
 
 
 
 
 

 

La conférence de presse de 2010

Vidéo des interventions (cliquer sur l'image):
 
 
vlcsnap-2014-12-03-21h46m32s109
 

Les images qui dérangent